Chef de rayon

Sa fonction :
Sur le pied de guerre de bon matin, le chef de rayon doit organiser, sur le terrain, la vie de son rayon. Fortement responsabilisé, il assume la gestion des produits, des promotions, de la publicité mais aussi de son chiffre d’affaires - toujours à la hausse en principe ! - et de son équipe (à laquelle, pas " snob ", il prête souvent main forte). Il choisit en particulier la gamme de produits et son implantation sur les linéaires et les gondoles, rencontre - parfois pour se " mettre au goût du jour " - ses fournisseurs, met en place les opérations de promotion, rédige les catalogues, surveille l’écoulement des stocks et passe les commandes.

Il doit bien sûr tenir les impératifs de rentabilité fixés par le directeur. Une tendance qui se dégage de plus en plus : avec la centralisation des achats, sa marge de manœuvre est de plus en plus réduite. Il doit souvent se contenter d’appliquer les consignes nationales du siège. A la tête d’une équipe qui peut atteindre 30 personnes dans l’alimentaire, le chef de rayon organise le travail et recrute son personnel.
Côté logistique et approvisionnement, tous les articles figurent dorénavant sur une base de données. Grâce au code-barres (créé en 1985), chaque article passé en caisse est décompté des stocks. A l’aide d’un système d’échange d’informations (EDI), le chef de rayon est en outre directement connecté sur les ordinateurs des fournisseurs, auxquels il peut ainsi passer commande sans intermédiaire.



A la loupe :
24 heures avec Franck, assistant chef de rayon biscuiterie. 6 h : remplissage du rayon avec deux employés, manutention de palettes, installation des paquets en tête de gondoles. " Il s’agit d’éviter les vides et de respecter les contrats que l’on a avec des fournisseurs qui paient pour être présents sur des présentoirs spéciaux. " 8 h : nettoyage du sol par une équipe extérieure. Franck veille à ce que rien ne soit cassé, oublié ou volé. " La démarque inconnue, le vol en termes clairs, est souvent le fait de salariés, pas de clients. Nous ne devons laisser personne prendre de mauvaises habitudes. " 9 h : ouverture. Juste avant, Franck a apposé de nouvelles étiquettes, vérifié les autres. " A l’ouverture, tout doit être prêt, et nous pouvons alors respirer. Un petit café est bienvenu ! Le plus dur, c’est de se dire que les clients vont semer une belle pagaille dans le rayon. Mais s’ils font le vide, je suis plutôt content. "

Juge de paix entre employés
10 h 30 : réunion avec le chef de département. Franck aborde le problème des promotions d’été, et suggère une opération commune avec le rayon confiserie. Il retourne en rayon et prête main forte au rangement de la réserve.
13 h 30 : réception des fournisseurs. Plusieurs se succèdent. " Ils ne se croisent pas ", plaisante Franck. " Je dois faire attention aux nouveaux produits, veiller à ne jamais manquer des produits vedettes. Grâce à ces rencontres, et à des lectures spécialisées, je me tiens au courant des dernières habitudes de consommation des Français. "
16 h : incident entre deux employés. Franck est appelé à rendre justice. " Je n’aime pas entrer dans ce jeu. C’est vrai, le management d’une équipe m’intéresse, mais pas pour les peccadilles. Je les convoque dans mon bureau et ils s’expliquent. J’essaie de parler le moins possible. Souvent cela suffit. "
19 h : après la fermeture, travail administratif. Franck supervise la rédaction par une agence d’une brochure promotionnelle, répond à des courriers de clients - rares, car la direction s’en charge - et jette un œil sur le journal de l’enseigne. Il " décolle " à 20 h, après un dernier regard sur son rayon endormi.

Le poste de chef de rayon est aussi un tremplin permettant d’aller vers la maîtrise. Mais en quoi consiste précisément sa fonction ? Ecoutons le témoignage de l’un d’eux, chargé d’un rayon poissonnerie : " Je choisis les produits d’après une sélection faite par les acheteurs de la centrale d’achats. Je suis guidé par les ventes du magasin, par les produits vendus par les concurrents, mais aussi par mes goûts. Ma sélection faite, je traite avec les fournisseurs et fixe moi-même le prix des articles. Je travaille avec quatre personnes, au recrutement desquelles j’ai participé. Quotidiennement, nous réapprovisionnons le rayon en essayant de valoriser chaque produit. Toutes les semaines, j’organise une réunion pour informer les employés sur les résultats. J’en profite pour les former aux produits nouveaux. "

Dans la même rubrique

Administration :
Aéronautique :
Art / création :
Audiovisuel :
Automobile :
Beauté :
Commerce / vente :
Droit :
Environnement / animaux :
Humanitaire :
Finances / compta / assurances :
Informatique et multimédia :
Journalisme / édition :
Média / publicité / communication :