Guide interprète

Le guide interprète (régional ou national) est chargé d’accompagner des groupes de visiteurs, pour commenter les visites organisées dans les villes, au sein des monuments, des sites et des musées de France.

Son rôle
Le guide interprète (régional ou national) est chargé d’accompagner des groupes de visiteurs, pour commenter les visites organisées dans les villes, au sein des monuments, des sites et des musées de France. Ces commentaires doivent être faits dans la langue du groupe concerné et être adaptés au niveau de chaque public. Ceux-ci sont fort divers, puisqu’un guide peut très bien avoir à gérer un groupe d’hommes d’affaires, de scolaires, de personnes du troisième âge… qu’ils soient français ou de nationalités variées.

Bien entendu, une visite ne s’improvise pas et le guide doit être pratiquement infaillible sur son sujet (dans un groupe, il se trouve souvent un visiteur féru d’art ou d’histoire pour poser une question retorse). Cependant informer ne veux pas dire ennuyer, et c’est au guide de trouver les petites anecdotes croustillantes dont sont friands les touristes. Il doit également tisser des liens avec l’actualité, ou dresser des parallèles avec l’histoire du pays d’où vient son auditoire. Tout un art !



Avant d’en arriver là, le guide mène une longue recherche documentaire pour rassembler les informations nécessaires, tâche qui n’est bien entendu pas rémunérée. Il se procure également les autorisations nécessaires auprès des administrateurs des sites qu’il envisage de faire découvrir à son groupe et se renseigne sur les aspects pratiques de la visite (emplacement du parking, des toilettes, d’un point de change…). Lorsqu’il est paré, le guide prend son groupe en charge et le promène tout en lui distillant son savoir.

Qualités requises
Ce travail est plus éprouvant qu’il pourrait y paraître. Il nécessite une certaine résistance nerveuse. Et à une solide formation linguistique, historique et artistique, le guide interprète doit ajouter des qualités humaines et pédagogiques. C’est avant tout un animateur : inutile de tout savoir sur un sujet si l’on ne sait pas faire passer le message. La maîtrise d’une langue plus rare, parlée dans un pays à fort potentiel émetteur, est également un atout incontestable.

Conditions d’exercice
Les guides sont employés par des agences de voyages réceptives ou encore par des organismes publics (généralement les offices de tourisme). Ils peuvent également travailler pour un musée, un site, une association culturelle, un autocariste, un comité d’entreprise, une mairie…

Les conditions de travail exigent une grande disponibilité : il est fréquent qu’un guide travaille le soir ou le week-end. Il est parfois prévenu la veille pour le guidage du lendemain. Il n’est jamais à l’abri d’une saison touristique gâchée, quelle qu’en soit la raison.
La notoriété auprès des professionnels compte beaucoup, mais même pour un guide travaillant régulièrement, l’emploi est fortement saisonnier : beaucoup de travail en pleine saison, pas grand chose le reste de l’année. Vous le constatez : le privilège de passer sa vie parmi les beautés du monde se paie au prix fort.

Le métier s’exerce de manière très autonome. Il permet un enrichissement humain et culturel même si une certaine routine finit par s’installer. Pour éviter cette lassitude, certaines agences s’efforcent de faire varier le planning des tournées de leurs guides. Les perpectives d’évolution sont assez peu nombreuses et les guides ont du mal à se reconvertir.

Dans la même rubrique

Administration :
Aéronautique :
Art / création :
Audiovisuel :
Automobile :
Beauté :
Commerce / vente :
Droit :
Environnement / animaux :
Humanitaire :
Finances / compta / assurances :
Informatique et multimédia :
Journalisme / édition :
Média / publicité / communication :