Biologiste

Le chercheur en biologie exerce une activité extrêmement complète. Manuelle, celle-ci consiste en des observations au microscope, de la culture de cellules en chambres stériles, ou encore l’utilisation de techniques spécifiques (techniques d’électrophorèse, ou encore techniques d’isolement des molécules).

Intellectuellement, son activité consiste à préparer le travail du laboratoire et à dépouiller les résultats. Beaucoup de recherches documentaires et bibliographiques constituent aussi l’essence de son travail. Ce chercheur doit en effet publier chaque année un certain nombre d’articles sur l’avancée de ses travaux. La participation à des colloques ou à des échanges internationaux sont aussi des activités importantes dans son emploi du temps.



Où travaille-t-il ? Essentiellement dans des laboratoires entouré de toute une équipe de chercheur. En effet, le métier de biologiste n’est pas un travail isolé mais un travail de groupe pour lequel les heures passées en observations et évaluations sont longues. De ce point de vue, l’activité de terrain est réduite à la portion congrue : congrès, colloques ne constituent en effet pas l’essentiel de l’activité du chercheur. Hôpitaux, universités, centres de recherche ou encore organismes publics ou instituts privés sont les lieux d’activité privilégiés de ce professionnel. De même que les entreprises et les PME.

Principaux domaines d’activités
- La recherche
- L’industrie
- L’écologie

Ses qualités ? Rigueur intellectuelle, méthode, mais aussi imagination et curiosité, l’innovation ne pouvant se passer de l’ensemble de ces qualités. La maîtrise de la langue anglaise est obligatoire.

Le marché de l’emploi On ne peut décemment pas dire que l’insertion des docteurs en sciences de la vie soit aisée. D’une part parce que les postes ne sont pas pléthoriques, d’autre part, parce qu’ils subissent une concurrence accrue d’autres scientifiques et en particulier des médecins, des pharmaciens ou encore des ingénieurs agronomes. La recherche publique ne parvient pas à donner du travail à tous ces diplômés. Et c’est donc dans le secteur privé que les chances de décrocher un emploi sont les plus probables. Les secteurs qui recrutent étant la pharmacie, la chimie, l’hygiène ou encore l’environnement. Les diplômés en zoologie et en botanique sont, eux, les moins bien lotis.

Dans la même rubrique

Administration :
Aéronautique :
Art / création :
Audiovisuel :
Automobile :
Beauté :
Commerce / vente :
Droit :
Environnement / animaux :
Humanitaire :
Finances / compta / assurances :
Informatique et multimédia :
Journalisme / édition :
Média / publicité / communication :