Pilote

Le métier de pilote compte certainement parmi ceux qui font le plus rêver. Synonyme de voyage, de vitesse, cette profession attire de nombreux jeunes, mais il est parfois très difficile de se faire une place dans ce milieu où les places sont chères. Attention : suivant que vous travailliez pour une compagnie d’envergure internationale, ou pour une petite compagnie régionale, votre salaire et vos conditions de travail seront évidemment très différentes. Une évidence dont il faut avoir conscience en choisissant cette voie dans laquelle les recrutements sont très fluctuants.

Que fait-il / Que fait-elle ?
Est-ce le prestige de l’uniforme ? Ou bien l’élégance innée de ceux qui passent l’essentiel de leur vie à plusieurs milliers de kilomètres au-dessus du commun des mortels ? Toujours est-il que le métier de pilote de ligne demeure aujourd’hui auréolé de prestige. Un métier de passionné, que la technologie n’a pas encore trop entamé : contrairement à ce que certaines grincheux prétendent, il faut encore des pilotes pour mener un avion à bon port ! Le pilote doit, avant de s’installer dans son avion, vérifier la route qu’il va prendre et se renseigner sur la météo. Arrivé au pied de l’appareil, il en fait le tour pour vérifier que tout aille bien, échanger des informations avec les mécaniciens et les techniciens présents, etc. Une fois dans l’avion, il contrôle le bon état de marche de toute l’instrumentation au moyen de la fameuse check-list. Lorsque les passagers commencent à monter à bord, lui ou son copilote peuvent participer à l’accueil. Quand tout le monde est installé, et après avoir reçu l’autorisation de la tour de contrôle, il peut commencer à rouler vers la piste d’envol... A l’arrivée, ou lors de l’escale, il doit à nouveau faire le tour de son avion et établir la check-list d’arrivée. Dans l’avion, le commandant de bord est le seul maître. Toutes les informations convergent vers lui et il est chargé de prendre les décisions, secondé dans sa tâche par un copilote.



Secteur d’activités
Un pilote professionnel de l’aviation civile peut travailler dans le secteur du transport aérien, du travail aérien ou des essais. Le pilote de ligne, comme son nom l’indique, est employé sur les lignes d’une compagnie aérienne, dans le secteur du transport aérien, donc. Aujourd’hui, 85 % des pilotes professionnels exercent dans ce secteur. Ils peuvent être sur des lignes régulières ou bien travailler à la demande sur des vols charters. Malheureusement, l’embauche des pilotes par les compagnies aériennes apparaît très faible depuis plusieurs années : les recrutements dépendent très étroitement du contexte économique et politique. Il n’est pas interdit d’espérer une amélioration pour les deux à trois prochaines années, même s’il reste difficile de faire des prévisions dans un secteur aussi fluctuant. Beaucoup de pilotes sont instructeurs ou moniteurs de pilotage dans des aéro-clubs ou des écoles. Les autres se spécialisent : photographie aérienne, épandage agricole, largage de parachutistes, tractage de banderoles publicitaires... Enfin, 3 % des effectifs travaillent dans le domaine des essais. Leur mission : tester les prototypes d’avions. Un micro-secteur très spécialisé et extrêmement difficile d’accès.

Les qualités indispensables
Une grande résistance physique et nerveuse s’avère indispensable à l’exercice de ce métier : à la lourde responsabilité qui pèse sur les épaules du pilote s’ajoutent la fatigue liée aux décalages horaires sur les grandes lignes et celle due au stress des horaires très serrés sur les lignes régionales et les navettes. Le pilote doit avoir confiance en lui, mais aussi être capable de reconnaître ses erreurs : un mélange ambivalent, mais indispensable ! Des études ont prouvé que beaucoup d’accidents provenaient du fait que le pilote avait réalisé trop tard son erreur. Un pilote doit donc savoir se remettre en question en permanence tout en étant assez sûr de lui et rapide dans ses prises de décision... Pour résumer, il lui faut donc une parfaite santé, une bonne vue et une bonne ouïe, des nerfs solides, de la rigueur, mais aussi de la souplesse ainsi que le sens du travail en équipe.

Evolutions de carrière
Le pilote de ligne évolue tout au long de sa carrière : de copilote sur un petit avion, il passe à commandant de bord, puis devient commandant de bord sur un plus gros avion, etc. Ces évolutions sont conditionnées par les besoins de la compagnie ainsi que par les stages de formation qu’elle propose à ses pilotes. La formation continue est donc indispensable dans ce métier : elle est assurée par les compagnies aériennes en fonction de leur besoin.

A noter
Les bonnes blagues des hôtesses de l’air.
A en croire les hôtesses, les pilotes de ligne sont des êtres bizarres, collés à leur siège d’avion, qui passent le plus clair de leur temps à manger tout ce que ces dernières leur apportent. Et d’ailleurs, certaines d’entre elles prennent un malin plaisir à faire circuler cette blague sur ceux qu’elles ont gentiment baptisés les « Tamagochis »...

- Question : Pourquoi tous les pilotes meurent 6 mois après le début de leur retraite ?

- Réponse : Parce que leurs femmes ne savent pas qu’il faut les nourrir toutes les heures.

Dans la même rubrique

Administration :
Aéronautique :
Art / création :
Audiovisuel :
Automobile :
Beauté :
Commerce / vente :
Droit :
Environnement / animaux :
Humanitaire :
Finances / compta / assurances :
Informatique et multimédia :
Journalisme / édition :
Média / publicité / communication :