Un job aux Etats-Unis

Si vous êtes à la recherche d’un emploi qualifié, les villes universitaires (Boston, San José) sont des lieux privilégiés en matière d’industrie innovante. C’est dans les PME, dans le secteur des services et dans la recherche de pointe que vous avez le plus de chances de trouver un emploi.

Le marché de l’emploi

Grâce à son libéralisme, à la flexibilité des procédures d’embauche (et de licenciement !), à la créativité et à l’esprit d’entreprise qu’elle encourage, l’économie américaine est créatrice d’emplois, principalement dans le secteur des services (plus de 70 %) : soins médicaux, restauration, commerce, emplois temporaires et de proximité, etc.
Le marché du travail américain repose en grande partie sur les petites et moyennes entreprises qui embauchent pour des emplois souvent temporaires, principalement à temps partiel. L’aspect précaire voire instable de certains emplois a permis de réduire de façon considérable le taux de chômage (seulement 5 %). C’est dans les PME, dans le secteur des services et dans la recherche de pointe que vous avez le plus de chances de trouver un emploi.
Si vous êtes à la recherche d’un emploi qualifié, les villes universitaires (Boston, San José) sont des lieux privilégiés en matière d’industrie innovante.
La connaissance et la pratique de l’anglais sont indispensables. Une seconde langue, comme l’espagnol, le français ou les langues des pays asiatiques, s’avère souvent être un atout.

La législation du travail



Le marché du travail américain offre de réelles opportunités à condition d’obtenir un visa temporaire ou la Green Card. Il se caractérise par un faible taux de chômage, mais de fortes disparités entre les salaires.
Ceux des personnes qualifiées sont largement supérieurs à ceux appliqués chez nous. La législation américaine ne procure que peu de droits aux salariés. Cependant, le Civil Right Act de 1964 interdit dans le travail toute discrimination en matière de race, de religion, de sexe, d’âge ou de handicap.

Vivre aux Etats-Unis

Que ce soit dans leur vie professionnelle ou privée, les Américains vivent à cent à l’heure… Quels que soient votre emploi et votre place dans la hiérarchie, votre journée de travail commencera toujours très tôt pour se terminer souvent très tard. Tout doit aller très vite, la rentabilité étant le moteur de cette économie si productive.
Les Américains sont, ou du moins semblent, conviviaux. Sur le lieu de travail, il est fréquent qu’entre collègues, mais aussi avec ses supérieurs, on soit « on a first name basis » : on s’appelle par son prénom en évitant les sir ou miss. Les rares pauses permettent de se retrouver autour de la machine à café ou d’une énorme boîte de beignets. En dépit de cette bonhomie apparente, votre marge d’erreur est souvent très faible. Mieux vaut ne pas être systématiquement en retard, ni malade. S’il est facile de trouver un emploi aux Etats-Unis, il est tout aussi aisé de le perdre. Malgré votre contrat de travail, vous pouvez être prévenu le matin en arrivant que vous ne donnez plus satisfaction et que vous devrez avoir libéré votre poste pour midi !
Les dépenses peuvent varier en fonction de nombreux critères (la région où vous travaillez, les avantages dont votre employeur vous fait bénéficier, etc.). Certaines nécéssités peuvent atteindre là-bas des coûts prohibitifs. A titre d’exemple, sachez qu’il est courant que le prix d’une consultation chez un médecin se chiffre aux environs de 90 euros, et comptez 9 000 euros pour un accouchement ! Il vaut donc mieux disposer d’une bonne couverture médicale, ainsi que d’une complémentaire maladie (parfois comprise dans votre contrat de travail).
En ce qui concerne les biens de consommation, l’essence, par exemple, est beaucoup moins taxée. De même, sachez qu’un appel local, quelle que soit sa durée, est pratiquement gratuit. Vous devrez apprendre à devenir un consommateur vigilant : comparez les prix, n’hésitez pas à marchander, attendez les soldes qui offrent très rapidement des rabais de 70 %. Les Etats-Unis étant par excellence le pays du « consommateur roi », il est possible de pouvoir bénéficier de nombreux services. Là-bas, tout peut être livré : vos courses, votre pressing, vos cassettes vidéo, etc. (il s’agit, là encore, d’un secteur qui offre de nombreux jobs).
Dans les grandes villes comme New York ou Los Angeles, le prix des loyers est particulièrement élevé (parfois 30 à 50 % de plus qu’à Paris). C’est davantage la réputation d’un quartier que la superficie d’un logement qui influencera le montant du loyer. Ceci explique que le partage d’appartement soit aussi répandu.

Deux sites appartenant au ministère du Travail des Etats-Unis sont consultables :
www.usajobs.opm.gov
www.ajb.dni.us

Dans la même rubrique

Séjours linguistiques :