Etudier au Canada

Témoignage : un an dans le far-west canadien.

Clémence, 23 ans, a passé un an à l’université de Calgary, au Canada.

Je suis partie 8 mois au Canada, pour effectuer ma première année de master, grâce à un programme bilatéral qui existait avec ma fac française. Avant de partir il y a toute une série d’étapes à surmonter (inscription administrative, pédagogique, recherche du logement) et de dates à respecter, mais cela en vaut la peine.

J’étais à l’université de Calgary, dans le Canada anglophone, juste à côté des Rocheuses, à l’Ouest du Canada. J’ai choisi d’habiter en résidence universitaire, car en plus de m’offrir la garantie d’avoir un toit à mon arrivée, cette solution a de nombreux avantages. Le prix du loyer peut sembler élévé (d’autant plus qu’on peut payer seulement en un ou deux fois la totalité de l’année…) mais toutes les charges sont incluses, y compris l’accès Internet. Et vivre sur le campus vous permettra d’économiser du temps dans les transports, de rencontrer pleins d’étudiants, d’avoir accès à toutes les installations sportives.



Le coût de la vie est sensiblement équivalent à ce qu’on trouve en France, mais en tant qu’étudiant étranger il y a toujours quelques bons plans en plus. Avec l’université, pour 60 dollars par semestre (environ 40 euros) je pouvais emprunter les transports en commun de la ville, et tous les équipements sportifs du campus : piscine, salle de fitness, patinoire…

Les cours sont assez différents ; la plupart reposent sur une grande participation des élèves. Et tous ont au moins une partie de la note basée sur un travail de groupe, expérience qui peut être aussi enrichissante que…frustrante. Il faut essayer de nouer des contacts très vite avec les personnes qui sont en cours avec vous pour bâtir un groupe plus cohérent.

La ville de Calgary n’a pas un attrait culturel très important. L’économie de la région est basée principalement sur le pétrole, ce qui en fait la province la plus riche du pays. Mais son histoire est encore très récente. Le folklore local repose sur les cow-boys (la province de l’Alberta est surnommée à raison le « Texas canadien »). A défaut d’en rencontrer de véritables dans les rues de Calgary, vous croiserez sans doute quelques nostalgiques qui arborent fièrement le chapeau mythique mais ont délaissé le cheval, au profit d’un pick up énorme. Question d’époque…

Ce qui m’a énormément plu en dehors de la vie universitaire, c’est la possibilité de partir en excursion : randonnées dans les Rocheuses à l’automne, ski à l’hiver, voyage à Vancouver, Seatlle… Bien sûr tout ça a un coût mais il est très facile de trouver un job en complément, même pour un étranger. Depuis l’année dernière, il est possible de travailler hors du campus avec le visa étudiant dans la province de l’Alberta.

Mon plus beau souvenir ? Le « road trip » que j’ai fait avec des amis avant de revenir en France, à travers les Grands Lacs, le Québec, les parcs naturels de l’Ontario, les Chutes du Niagara, Ottawa et Toronto. Avis aux amateurs de grands espaces !

Dans la même rubrique

Guide pratique :

A lire également